Le gouvernement Trudeau cherche à rendre permanente la surveillance financière numérique étendue, y compris les cryptos – crypto.news

Lecture 6 minutes

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a invoqué une loi d’urgence nationale contre le convoi de camionneurs d’Ottawa. La loi d’urgence criminalise beaucoup de choses, parmi lesquelles; financement des manifestants. Pour faire respecter la règle, le gouvernement a pleine autorité pour geler les comptes bancaires et cryptographiques soupçonnés d’aider les camionneurs. Selon la ministre des Finances Chrystia Freeland, le pays envisage également de rendre permanentes certaines des règles actuelles.

Le Canada rendra permanente la vaste surveillance financière numérique

À la suite de l’invocation par le gouvernement de Justin Trudeau de la Loi sur les urgences nationales, les camionneurs d’Ottawa ont été pris dans un espace restreint. La loi comprend différentes règles qui criminalisent des activités telles que les blocus et le financement des manifestants. Il permet aux autorités gouvernementales de scruter toutes les transactions financières, y compris les cryptos, et de geler les suspectes.

Vendredi dernier, la vice-Première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, a déclaré que la loi aidait le gouvernement à prévenir le blanchiment d’argent et le terrorisme financier. Le pouvoir élargi exige que toutes les transactions numériques, y compris la crypto-monnaie, soient surveillées par FinTrac. Elle a expliqué :

« A partir d’aujourd’hui, toutes les plateformes de financement participatif et les prestataires de services de paiement qu’ils utilisent doivent s’enregistrer auprès de Fintrac, et ils doivent signaler les transactions importantes et suspectes à Fintrac. »

Freeland a justifié la décision d’atténuer les risques de fonds illicites et de fournir plus d’informations au Fintrac à utiliser dans les enquêtes. Avant d’invoquer la Loi, les camionneurs canadiens n’étaient pas visés par les pouvoirs de surveillance existants du pays. Par conséquent, les autorités préparent une législature pour fournir ce pouvoir de surveillance au Fintrac de manière permanente.

La saga continue de la surveillance financière numérique au Canada

Vendredi dernier, Freeland a réitéré ce point lors d’une autre conférence de presse, en disant :

«Nous avons examiné très, très attentivement les outils à la disposition du gouvernement fédéral, et nous avons utilisé tous les outils dont nous disposions avant l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence, et nous avons déterminé que nous avions besoin d’outils supplémentaires», a-t-elle noté. «Maintenant, certains de ces outils, nous proposerons des mesures pour mettre ces outils en place de façon permanente. Je pense que les autorités de FinTrac doivent être étendues pour couvrir les plateformes de crowdsourcing et leurs fournisseurs de paiement.

Le gouvernement actuel du Canada a montré comment il peut fonctionner avec une surveillance surpuissante. La semaine dernière, de nombreux camionneurs ont été arrêtés pour avoir enfreint la loi. Le gouvernement a également été habilité à geler les comptes bancaires et à annuler les assurances sans avoir besoin d’une ordonnance du tribunal. Mercredi dernier, le ministre de la Justice a également déclaré que ceux qui ont contribué de l’argent numériquement (y compris les cryptos) devraient s’inquiéter d’un éventuel gel de compte.

La nouvelle de la possibilité pour le gouvernement de rendre les règles permanentes est inquiétante puisqu’il avait précédemment promis qu’elles seraient temporaires. Maintenant, seul le temps nous dira comment le paysage financier au Canada pourrait changer étant donné que le gouvernement semble avoir soif de plus de pouvoir de surveillance.

Réglementation de la cryptographie au Canada

Le Canada est l’un des rares pays à avoir une réglementation en vigueur sur la cryptographie. En février 2020, il a introduit la règle de voyage en monnaie virtuelle obligeant toutes les institutions à conserver des enregistrements des transactions transfrontalières. Le pays traite également les pièces comme des valeurs mobilières et utilise les lois sur les valeurs mobilières dans leur surveillance.

Désormais, il veut conserver le pouvoir de surveiller toutes les transactions numériques par le biais de la législation. Les événements des semaines à venir pourraient changer à jamais la portée de l’utilisation de la cryptographie au Canada. Si les règles sont rendues permanentes, les investisseurs en crypto pourraient ressentir le pincement d’une centralisation forcée d’actifs conçus pour être décentralisés.

Cependant, l’auto-hébergement de BTC et d’altcoins peut aider à contourner les pouvoirs de saisie des actifs par l’État. Les cryptos auto-hébergés peuvent éloigner les investissements de la saisie du gouvernement car ce sont des biens privés. Par conséquent, l’adoption de BTC et d’autres cryptos peut être vitale pour éviter le gel des avoirs sans consentement.

Source crypto.news

Crypto Week

Avertissement : Crypto Week ne fournit pas de conseils financiers de quelque manière que ce soit. Nous ne vous recommandons pas d'investir de l'argent dans une crypto-monnaie ou un actif financier sans avoir effectué des recherches approfondies. Nous ne sommes pas responsables de vos décisions financières de quelque manière que ce soit.

Derniers articles de Featured Posts