Le convoi de la liberté expose la faiblesse

Lecture 7 minutes

Les développements au Canada ont attiré tout un public ces derniers temps. Un convoi de camionneurs qui a commencé comme une petite démonstration de désaccord et de résistance s’est transformé en un mouvement mondial de résolution et de principe, atteignant en influence jusqu’à Israël, dont les habitants ont lancé leur propre convoi de liberté.

Un mouvement qui a été enraciné dans une déclaration pacifique de désaccord avec les mesures prises par leur gouvernement pour restreindre la liberté de leurs citoyens, a été confronté à une réaction incroyablement agressive de la part du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

De ces mesures nous arrivons à la discussion autour de l’accumulation de capital afin de soutenir un tel mouvement. Bien que GoFundMe ait été utilisé par de nombreuses personnes au fil des ans pour demander l’aide du public en cas de besoin (entre autres motivations), l’organisation prouve que de telles autorités contrôlées au niveau central peuvent ne pas être dignes de confiance par le grand public pour de tels besoins. Lorsqu’il est si facile pour un individu, tel qu’un Premier ministre, de considérer le soutien public volontaire comme une « activité terroriste » sans véritable justification défendable pour une telle étiquette, comment peut-on être sûr que tout don de soutien peut être à l’abri de la saisie par une autorité centrale ?

Et, pour aller plus loin, qui sont ces individus dans des tours d’ivoire d’autorité pour prétendre que leurs propres activités ne causent pas de dommages, sinon de terreur, qui leur sont propres ? Nous sommes arrivés sur une pente particulièrement glissante en ce qui concerne la discussion sur l’application de la loi et la prévention des activités criminelles ; pouvez-vous empêcher efficacement les crimes de se produire avant qu’ils ne soient commis ?

Lors de l’utilisation de données financières, croisées avec des données logistiques et confirmées par des communications – c’est sans doute une bonne base. Mais lorsque nous commençons à agir sur la base d’hypothèses concernant l’activité criminelle et la violence, nous commençons à nous écarter rapidement de l’activité légale et pouvons facilement plonger tête première dans les violations des droits de l’homme – en particulier en matière de vie privée. (Par exemple, avez-vous déjà vu « Minority Report? ») Lorsque les gouvernements du monde entier se tournent vers la prévention des crimes avant même qu’ils ne soient capables de se produire – c’est très pente dangereuse pour glisser vers le bas.

Eh bien, c’est effectivement ce que le gouvernement canadien a fait avec des actions récentes de saisie des fonds qui ont été volontairement donnés par des membres pacifiques de la société. Pour vraiment enfoncer le clou, il y avait plutôt l’intention de redistribuer les fonds saisis aux organismes de bienfaisance de leur choix ! Ils allaient en fait tenter de voler des fonds destinés à un seul but aux donateurs au lieu de les rembourser – cela seul est une massif drapeau rouge.

La conversation revient donc au mariage de l’État et de l’argent. Ce mariage doit-il encore perdurer aujourd’hui, surtout compte tenu de telles transgressions d’autorité et abus de pouvoir ? Je n’ose pas dire à mes chers lecteurs ce qu’ils doivent penser, et je ne suis franchement pas intéressé. Mon seul but est de proposer des réflexions sur des problèmes que je vois à travers le monde. Cette question en particulier revêt une importance considérable, en raison des implications des abus futurs si de telles transgressions ne sont ni contrôlées ni contestées.

Alors que le mariage de l’État et de l’argent sert bien ces deux parties (très bien en effet), il ne sert pas la partie la plus importante de toutes ; les personnes. Lorsque la création monétaire peut être cooptée ou manipulée pour soutenir les pouvoirs en place (l’État) contre la volonté du peuple, le seul résultat final est la tyrannie. Abus de pouvoir accordé par leurs électeurs dans le but de servir les propres agendas du gouvernement sans tenir compte de ce que le peuple veut pour son pays.

Cette préoccupation (entre autres) est ce qui a motivé quelques membres de la communauté Bitcoin à se réunir et à produire une « Déclaration d’indépendance monétaire ». L’intention n’est pas l’anarchie, ni la destruction des systèmes financiers et économiques actuels. Le but est simplement de dire « assez ». L’objectif est de séparer l’argent du contrôle de l’État, du gouvernement et des entreprises.

J’en ai personnellement assez.

Assez de mensonges.

Assez de manipulations.

Assez de jeux.

Assez des tribulations.

Le but est de promouvoir la liberté avec cette Déclaration.

Si nous sommes d’accord sur le sentiment, je vous recommande de consulter le document dans le lien ci-dessous, ainsi que l’article que j’ai écrit pour présenter le document en ligne ici.

Vous pouvez signer la déclaration d’indépendance monétaire ici.

Ceci est un article invité de Mike Hobart. Les opinions exprimées sont entièrement les leurs et ne reflètent pas nécessairement celles de BTC Inc ou Bitcoin Magazine.

Source bitcoinmagazine.com

Crypto Week

Avertissement : Crypto Week ne fournit pas de conseils financiers de quelque manière que ce soit. Nous ne vous recommandons pas d'investir de l'argent dans une crypto-monnaie ou un actif financier sans avoir effectué des recherches approfondies. Nous ne sommes pas responsables de vos décisions financières de quelque manière que ce soit.

Derniers articles de Featured Posts